Thier de Villers: la vérité a ses droits. Le débat démocratique grand vainqueur de ce Conseil!

Le Conseil communal du 9 mars 2015 a fait et fera encore couler beaucoup d'encre, probablement parce que pour la première fois depuis très longtemps, bien au-delà des clivages politiques, celui-ci s'est positionné pour une véritable ouverture démocratique concernant un sujet sécuritaire et économique majeur.

La première chose qu'il faut bien comprendre et garder à l'esprit, c'est qu'il n'est évidemment pas question de rouvrir Bilstain aux camions ni aujourd'hui ni même demain. Nous avons jusqu'au 28 avril prochain pour réunir tous les acteurs du dossier (les 3 partis politiques limbourgeois, les représentants du monde économique et des riverains de Bilstain, les autorités politiques régionales et bien évidemment l'ensemble des experts en sécurité routière) afin de dégager une solution alternative en attendant la mise en oeuvre des travaux finaux de la sortie 37ter (6 à 12 mois selon la Région wallonne).

Ce lundi 9 mars 2015, il n'y a eu ni perdant, ni gagnant, ou plutôt si, une gagnante, la démocratie. Et de cela, l'ensemble du Conseil communal de Limbourg peut en être très fier.

Je vous propose de découvrir ci-dessous le positionnement du groupe MR-Limbourg et je reviendrai ensuite sur les allégations de la Bourgmestre de Limbourg quant à mes intentions préalables de vote. Quand il n'y a rien à dire sur le fond, il est toujours facile d'attaquer l'homme. Et pour paraphraser Charb: plus que jamais, "il vaut mieux vivre debout qu'à genoux".

Intervention au Conseil communal du 09/03/2015

Depuis maintenant plusieurs mois, le groupe MR-Limbourg dont je me fais aujourd’hui le porte-parole a tenté de renouer contact avec le monde entrepreneurial et économique limbourgeois. Cette démarche fait évidemment suite à la décision du Collège du 10 mars 2014 d’émettre, et pour reprendre les termes exacts de Madame la Bourgmestre, une ordonnance-test avec comme conséquence, l’interdiction du charroi de plus de 5T dans le Thier de Villers. Cette procédure est aujourd’hui clairement remise en cause par la Justice et ce, pour de multiples raisons.

Ce que l’on nous demande aujourd’hui finalement de faire, c’est de se positionner chacun sur cette phase de test. Il est un fait qu’il nous est aujourd’hui strictement impossible d’en faire une évaluation positive.

Débutons par le volet sécurité : Même s’il est certain que le Thier de Villers dans le sens de la descente est clairement dangereux tant pour les camions que pour les voitures d’ailleurs, si pas même plus au vu de l’état catastrophique de la voirie, il n’en reste pas moins que, finalement, cette mesure n’a fait que déplacer le danger :

  • Que doivent alors penser les habitants d’Hèvremont, petit village également par lequel passe maintenant un charroi bien plus important sur une route où il est impossible de se croiser sans commettre une infraction, même parfois en voiture. Va-t-on aussi y interdire nos entreprises d’y travailler ? Quid alors de la liberté de circuler ?
  • Que doivent penser les habitants de la rue Joseph Wauters, route encore bien plus dangereuse que le Thier mais qui vient également de subir une recrudescence du trafic de poids lourds des suites de l’arrêté communal. Il y est, il est vrai interdit mais une fois engagé, il ne leur est pas possible de faire demi-tour
  • Dévier le trafic de plus de 5T par Verviers et donc par le pont de Bellevaux, lieu hautement accidentogène qui voit se produire une centaine d’accidents l’année ? Où est le gain en termes de sécurité ? Pour rappel, il y a 1h d’ici les autorités policières nous ont avoué que seuls 2 accidents ayant impliqué des camions, termes ensuite recorrigé en « grosses camionnettes » ont eu lieu dans le Thier. Mais il est bien évident qu’il ne faut pas attendre un accident grave pour prendre des mesures. Mais des propositions existent et spécifiquement pour la descente qui reste le nœud du problème et qui, nous sommes bien d’accord, ne peut plus à long terme être empruntée par le charroi lourd.

En ce qui concerne maintenant le monde économique qu’il soit limbourgeois ou autre :

Ce n’est plus un secret pour personne, cette mesure a des conséquences catastrophiques sur nos entreprises locales. Les pertes, parfois abyssales, subies par celles-ci et dont, il est vrai nous n’en saisissions pas les pleines conséquences lors de l’arrêté complémentaire « TEST », doivent absolument être remises dans notre équation. 

  • Peut-on encore un peu plus laisser la commune de Limbourg s’appauvrir économiquement ? Car ne nous voilons pas la face, nous ne parlons pas ici que d’€, nous parlons d’entreprises, nous parlons d’emplois et donc de l’avenir de dizaines de famille.
  • La question de l’avenir de notre commune est également et plus que jamais en jeu. Que voulons-nous pour Limbourg ? Par le passé, nous avons à de nombreuses reprises raté le coche. Le Décathlon sur le site du lavoir, l’espace zoning pour PME, le Colruyt sur le site de l’ancienne usine Polyform, et j’en passe. Allons-nous encore une fois prendre une décision qui va transformer encore un peu plus notre commune en cité dortoir ?

Bien des points peuvent encore être abordés et doivent impérativement trouver une réponse avant d’étendre cette mesure transitoire en mesure définitive :

  • Qu’en est-il d’un réel plan de signalisation pour les + de 5T à la sortie de l’autoroute. Tant avant la sortie qu’après ? Pourquoi pratiquement 1 an plus tard, n’a-t-il pas été possible de trouver un compromis avec les différentes autorités qu’elles soient communales ou autres ?
  • A quand la mise en œuvre de la solution du rond-point Jean Mobers ou celle de la 37ter ? 2019-2020 hier ? Aujourd'hui on parle de 6 mois à un an ? Le groupe MR-Limbourg, le groupe PS et groupe Changeons-Ensemble ont rencontré à tour de rôle les autorités politiques pour booster ces dossiers et il semble que ça porte leurs fruits. Mais quid de la survie de nos entreprises d’ici là ? Il est nécessaire et impératif de trouver un compromis d’ici la mise en œuvre de ces promesses. Et pour paraphraser une phrase du tract à Bilstain pour faire la publicité du Conseil de soir : la versatilité du monde politique peut parfois se révéler bien surprenante…

Sur la forme, il y a évidemment moyen de dire beaucoup. Mais je voudrais aujourd’hui clairement stipuler que le vote qui va suivre et la position du groupe MR-Limbourg n’a nullement pour objectif de déstabiliser la Majorité actuelle. C’est la base même de la démocratie, chacun a le droit d’avoir son avis, son opinion, ses sensibilités. Le groupe MR-Limbourg a des propositions à formuler et souhaite, enfin et ce pour la toute première fois sur ce dossier réunir autour d’une même table l’ensemble des acteurs du dossier :

  • Les partis politiques de la Ville de Limbourg
  • Les responsables de la sécurité (Police, IBSR, etc.)
  • Les représentants du monde économique. Car il faut bien reconnaitre que cette décision, même si c’est vrai qu’il y a bien eu 1 ou 2 tours de table mais sans réelle marge de négociation, n’a pas vraiment été murie avec nos entreprises locales. C’est un peu comme si l’on devait prendre une décision d’une extrême importance sur le personnel et que nous ne concertions pas les syndicats.
  • Les représentants du village de Bilstain au travers par exemple, des habitants à l’initiative de la pétition en 2014 ou du toute-boites récemment réalisé dans Bilstain, et relayé de manière un peu suspecte il faut le dire aujourd’hui par le Parti socialiste sur son compte Facebook. C’était pour la parenthèse.
  • Les autorités politiques régionales, car même si nous, commune, devons apporter une réponse pour une alternative à court terme, il est certain que les solutions définitives devront être prise avec les autorités de pouvoir supérieur.

Le report de la date du verdict du Conseil d’État au 28 avril prochain est une véritable aubaine. A nous de la saisir et d’ensemble trouver une solution qui pourra combiner sécurité et emplois et garantir un avenir à Limbourg parce que finalement c’est de ça dont il est question.

*La bourgmestre n’a pas laissé Jean-Marc Charpentier prendre part au vote du fait de son implication personnelle dans le dossier

Un vote contre, une surprise pour ... personne

Déloyal, traitrise, attitude déplorable, gamin de merde, individualiste, ... les termes utilisés par la Bourgmestre et Jacques Lamotte pour masquer le fond du problème et faire ressortir le côté politique du dossier plutôt que son état plus que caduc n'a évidemment trompé personne. Alors Valérie Dejardin l'arroseur arrosé et Jacques Lamotte, l'hôpital qui se fout de la charité? Sans aucun doute...

Alors oui, j'avais proposé, de mon plein gré de me lever lors du vote du point, mais c'était clairement et uniquement dans l'objectif d'éviter de créer un conflit dans la Majorité et de provoquer les titres que l'on connait aujourd'hui dans la presse. Je me bats au quotidien pour ma commune et l'objectif était clairement de la protéger. Peu importait, puisque le vote aurait quand même donné un score de 8 à 8 et le débat démocratique tant réclamé depuis maintenant 6 mois en Collège aurait pu enfin avoir lieu. 

C'était évidemment sans compter sur le dernier retournement de situation lorsque 2 min avant le Conseil communal, la Bourgmestre oblige Jean-Marc Charpentier à ne pas prendre part ni aux débats, ni au vote pour conflit d'intérêt? Justifié ou non? Il faudra voir si, une nouvelle fois, la bourgmestre n'a pas commis un acte juridiquement peu défendable sur ce dossier. À vérifier!

Qu'à cela ne tienne, la bourgmestre m'obligeait donc à voter contre la mesure pour faire en sorte que le débat puisse réellement avoir lieu. Je l'avais dit à de nombreuses personnes, je voulais pouvoir me regarder dans le miroir le 10 mars au matin. Et si je dois me faire insulter pour sauvegarder le débat démocratique, au final, ça ne me dérange pas.

Revue de presse
Mercredi 11 mars 2015


Au travers de ce reportage Televesdre, chacun pourra se faire une idée des intervenants qui font de la politique politicienne et de ceux qui cherchent de réelles solutions sur le fond du problème.

Cliquez sur l'article pour l'agrandir

Obligatoirement flouté l'article est à lire ici

Jeudi 12 mars 2015

 
Interview RTBF - Vivacité du 12/03/2015


Obligatoirement flouté l'article est à lire ici
 


Cliquez sur l'article pour l'agrandir
 

Vendredi 13 mars 2015


Obligatoirement flouté l'article est à lire ici

Pour faire bouger et avancer les choses, parlons-en également sur les réseaux sociaux!
Section Limbourg Demain
Calendrier
< 2019>
LunMarMerJeuVenSamDim
      01
02 03 04 05 06 07 08
09 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31      
L'information aussi sur les réseaux!
Connexion